Au tout début, le moulin était équipé de châsses, un système très rudimentaire de scies droites, actionnées verticalement à une vitesse de 75 oscillations à la minute.
Il y avait deux châsses au moulin à la scie de la Rivière-aux-Saumons : une à deux lames pour enlever les croûtes des billes de bois et l’autre à quatre lames pour faire des planches.

Les châsses coupaient cependant le bois beaucoup plus lentement que la scie circulaire. Elles ont donc dû être remplacées. Il est difficile de préciser qui, de Bellarmain Audet (dit-Lapointe) ou d’Alfred Angers, a apporté cette amélioration, mais il ne fait aucun doute que la grande scie ronde était déjà en place au moment où Télesphore Demers a acquis la scierie en 1904. Il s’y trouvait également un moulin à bardeaux et un énorme planeur.

Le moulin à bardeaux produisait des pièces de 13 pouces de long à partir de troncs d’arbres dont l’irrégularité empêchait qu’on puisse y faire des planches d’une longueur acceptable. Le bardeau se vendait aux mille pieds carrés. Ce commerce a fonctionné jusqu’au milieu des années 1950, moment où l’asphalte a remplacé définitivement le bois pour la fabrication des bardeaux qui servaient au revêtement des bâtisses et des toitures.

Quant à la première dégauchisseuse (planeur), vraisemblablement de fabrication artisanale, elle est remplacée en 1906 car monsieur Demers trouve beaucoup trop encombrants ses quelques vingt (20) pieds de longueur par huit (8) ou dix (10) pieds de hauteur.